Génération Y et idéal

J’ai vu dans la vidéo de cet article que la différence entre la génération Y et la génération X (la mienne) ou celle du « Baby Boom« , c’est qu’elle n’aurait pas renoncé à ses idéaux. À mon tour de vivre la mauvaise foi inhérente au conflit des générations que j’ai fait subir à mes parents ! En quoi la génération X aurait-elle renoncé, voire trahis, ses idéaux ? C’est la génération du Punk, la dernière contre-culture digne de ce nom. Elle ne disposait pas d’internet pour diffuser ses mots d’ordre et fabriquer la mémoire de ses idéaux, mais d’un ensemble de médias fragmentés et de lieux souvent précaires : labels de musique indépendants, squats, associations, bars, fanzines, radios libres et, à l’exception de quelques groupes de rock capables de susciter le scandale, ou tout simplement l’enthousiasme, d’un accès très limité aux médias de masse. Tout cela a été dissout dans l’acide du néolibéralisme autoritaire, arrivé au pouvoir avec Margareth Tatcher et Ronald Reagan. Le très beau film Control, d’Anton Corbijn, sur Ian Curtis et le groupe Joy Division en est l’anamnèse. Mais, de toutes façons, il est trop tôt pour prétendre que la génération Y est restée fidèle à ses idéaux. Que l’un d’entre eux, prétendant de surcroît parler au nom de tous, en répondant docilement à l’appel d’un journaliste audiovisuel, croie pouvoir le dire me porte à m’interroger sur leur réel niveau de conscience. D’autant que j’ai aussi observé de près une grande propension au conformisme chez beaucoup de ceux que j’ai pu côtoyer. GenY, encore un effort…

A propos Pascal Rousse

Je suis docteur en philosophie, professeur certifié d'arts plastiques en collège à Paris et chercheur indépendant. Mes recherches en philosophie de l'art portent sur le cinéaste soviétique Serguei M. Eisenstein, le montage et le modernisme.
Cet article, publié dans Actualités et politique, Culture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Génération Y et idéal

  1. yves dit :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Joy_Division
    Je me pose une question :La mise en garde de wiki est-elle pertinente ?

  2. Catherine dit :

    Ah, j’ai vraiment l’habitude d’écrire par « petits morceaux », sur papier aussi, d’ailleurs, puis de mettre en forme ensuite… Je risque de vous faire du décousu, sans parler des erreurs d’orthographe et autres! Veuillez accepter mes excuses initiales qui vaudront pour la suite aussi!

  3. Basil dit :

    Quelque chose me dit que les efforts de la conscience pour sortir de (ou entrer dans) la pataugeoire où nous nous (d)ébattons joyeusement ont peu de rapport avec la « génération x ou y » du sujet.

    Parfois le problème de l’idéal, c’est qu’on a beau ne plus y croire cela persiste tout de même !! C’est comme le père noël qui revient chaque année, ou comme en démocratie quand l’usage du langage est si peu crédible. Quelle fatigue tout ce bazar !

  4. Catherine dit :

    C’est encore moi, et c’est déjà pour critiquer (je ne te mets pas de smiley. Si? Bon 🙂 ).
    Tu pourrais installer une fonction permettant de modifier ce qu’on a écrit? Peut-être qu’elle existe déjà, mais je ne l’ai pas vue (contrairement à ce que dit le journaliste, notre génération n’est pas forcément très au point avec Internet, et c’est de moi que je parle).

  5. Catherine dit :

    Bonjour, très heureuse de découvrir ce blog!
    Ils n’ont pas froid aux yeux, ces jeunes gens – l’expression ne se veut pas méprisante – et ont l’énergie et la passion (sans laquelle rien de grand ne se fait, comme on sait…) propre à leur âge, dans les meilleurs des cas…
    Je leur souhaite de ne pas vivre ce que notre génération a, me semble-t-il, vécu: un échec de toutes ses luttes, ce qui plombe un peu l’optimisme, mais ne m’empêche pas, pour ma part, de garder mes idéaux et de faire ce que je peux – pas grand-chose, je l’avoue – là où je suis.
    Je reprends là le mot d’un ami « soixante-huitard » qui a gardé ses idéaux mais pas beaucoup d’illusions. Il est retraité et continue à agir. Ce mot, c’est, donc, « Faire ce qu’on peut là où on est ».
    Je crois que les interviewés sont dans l’erreur en croyant eux-mêmes qu’Internet est l’outil magique qui permettra une véritable démocratie: certes, tout le monde peut y donner un avis, une « information » (vraie ou fausse, d’où les guillemets), un mot d’ordre, mais à quoi cela sert-il si personne ne lit ce que disent les autres? Or, c’est le constat que je fais sur les forums que je consulte, de nombreux internautes ne lisent rien de ce que les autres ont pu écrire, cela se voit au fait que les mêmes liens, les mêmes types de messages, sont répétés je ne sais combien de fois. Sans compter que la barrière des langues existe pour le plus grand nombre, dont je fais partie, alors l’internationalisation par le Net, je n’y crois pas tellement, sauf à se fier à des traducteurs qui deviendraient une partie du haut de la pyramide que ces jeunes gens veulent abolir.
    Pour résumer, d’accord avec toi…
    Une générationniste X (je ne savais même pas que j’en étais une).

    • Pascal Rousse dit :

      Oui, il a déjà été donné à certains de participer à des moments historiques, notamment en Tunisie ou en Égypte, et on sait que ces méthodes viennent déjà des mouvements politiques d' »Europe centrale », tout particulièrement des jeunes Serbes qui ont fait tomber Milosevick. Mais le paradoxe et le risque se trouvent, on le voit bien, dans l’inclusion médiatique de ces mouvements et leur réduction au format « publicitaire ».

      • Catherine dit :

        Et puis, l’Internet, c’est beaucoup de temps pour essayer de recouper ce qui y est dit, et du coup peu de temps pour penser à que faire de ce qu’on nous y dit, une fois qu’on a dêmelé l’écheveau – ou qu’on croit l’avoir fait-, tout en ayant l’impression d’avoir accompli quelque chose. Enfin, vive les générations différentes (en âge, car sinon, je l’espère, ce qui nous réunit reste plus important que ce qui nous sépare) et les « nouvelles » technologies, mais ce sont, ce devraient être, des détails. C’est bien une caractéristique de notre époque que de faire passer l’accessoire avant l’essentiel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s