L’art, entre culture et civilisation

« L’art. Oui ! L’art et la littérature seuls peuvent sauver l’épaisseur et le spirituel de l’être, transcender la passion historique, gagner le réel, l’entailler et conquérir d’autres consciences jusqu’à ce que l’enfermement soit brisé par la mort ou par la liberté et que le corps réapparaisse, castagné par les flux, en sang mais vainqueur. » Camille de Toledo, Archimondain Jolipunk. Confessions d’un jeune homme à contretemps, 2002.

La culture est le remède au « malaise dans la civilisation » ; Freud l’a dit, mais a-t-il été entendu ?

Quelle est la différence entre culture et civilisation ? Il n’est pas sûr que ce soit une différence radicale. La civilisation, c’est surtout l’ensemble unifié et articulé des dispositifs techniques, juridiques, des règles sociales ou mœurs, des conventions et des acquis du savoir. Ces deux derniers points touchent en partie à la culture.

Mais, la culture, c’est plutôt l’espace en devenir des arts, des croyances, des valeurs, des langages, des rituels et des œuvres divers et partagés. Cette région de l’être est complexe, multiple, beaucoup plus stratifiée dans le temps et dans l’espace que la civilisation. Celle-ci est plus en surface et circonscrite, à la fois plus distribuée et organisée. La culture est surtout plus ouverte et d’une transmission plus indirecte ; voire, intransmissible sans une mise à l’épreuve personnelle, intime et vitale.

La civilisation consiste en un ordre symbolique et technique déchiffrable, objectif, transparent, tandis que la culture (nous sommes donc assez loin de toute forme administrée et quantifiable) assume et symbolise autrement ce qui n’est pas chiffrable et déchiffrable : tout ce qui s’appréhende par les affects, le geste et le faire.

L’art est peut-être le meilleur exemple du balancement et de la différence, de la polarité entre civilisation et culture. Eisenstein situe l’art entre technique et nature, actif et passif : on peut dire que la culture est la nature seconde pour l’être humain, la civilisation étant plutôt le résultat de sa lutte contre la nature. En effet, lorsque et là où l’art est le plus soumis à des règles, à des canons, c’est la civilisation qui domine. Quand c’est la culture qui est première, l’art témoigne de l’ouvert, dans la transcendance de l’indéterminé.

A propos Pascal Rousse

Je suis docteur en philosophie, professeur certifié d'arts plastiques en collège à Paris et chercheur indépendant. Mes recherches en philosophie de l'art portent sur le cinéaste soviétique Serguei M. Eisenstein, le montage et le modernisme.
Cet article, publié dans Art, Culture, Inactualité, Pensée artistique, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour L’art, entre culture et civilisation

  1. Basil dit :

    Cher Pascal,
    J’aime beaucoup cette citation de Camille de Toledo. Je pense pouvoir suivre vos définitions de la culture et de la civilisation. Même si je ne vois que très peu de différence entre les « rituels » (que vous placez dans la « culture ») et les « dispositifs juridiques » ou les « règles sociales » (que vous placez dans « civilisation »). J’admets que dans le passage entre ces notions la transcendance tombe à l’eau et qu’elle n’est plus visible. La faute à personne pourrons-nous dire, leurs définitions deviennent tellement floues que l’on pourra bientôt confondre nature et culture dans le bâillement précipité qui engloutit les deux notions.

    A noter, depuis ce mois de Mai 2012 un nouveau magazine en ligne http://www.recoursaupoeme.fr, dans lequel vous pourrez lire l’article suivant sur Camille de Toledo :
    http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/camille-de-toledo-ou-linquiétude/lucia-acquistapace

    (A noter par ailleurs, pour notre cher Eric s’il vient lire ces quelques mots, que ce nouveau magazine semble être la création de certaine(s) personne(s) ayant participée(s) aux « reflets du temps » (www.refletsdutemps.fr) et de la « cause littéraire » (www.lacauselitteraire.fr).

    Bien à vous

  2. ericthuillier dit :

    Effectivement il n’est pas si simple de distinguer la civilisation de la culture tant elles sont mêlées l’une à l’autre et inconcevable l’une sans l’autre. Pour chercher une distinction par l’absurde (un très remarquable outil d’appréhension) en cette période de renouvellement ministériel, il faut remarquer qu’il nous paraît naturel d’avoir un ministère de la culture alors qu’il nous semblerait extravagant d’en avoir un de la civilisation. Pourtant en s’en tenant aux distinctions que vous faites, un ministère de la civilisation paraîtrait mieux adapté aux réalités qu’il recouvre qu’un ministère de la culture dont l’enjeu est si vaste et si flou que son existence n’a guère plus de sens qu’en aurait un ministère des us et coutumes.

    Au delà de la création artistique pure (?) n’y aurait il pas un art d’exercer un ministère de la civilisation qui incomberait à tous ceux qui croient que sa régénérescence est nécessaire ? Prendriez vous bureau dans ce ministère, cher Pascal ?

    • Pascal Rousse dit :

      J’aspire plutôt à demeurer à mon propre bureau, tellement je suis de plus en plus assailli par les questions qui se posent (voire s’imposent) à moi et tellement je me sens dépossédé des moyens de commencer à y répondre !

      Vous aurez bien compris, par ailleurs, que si je prends le risque de proposer des esquisses de distinction, c’est bien que j’éprouve assez rudement que tout ce qui nous est proposé en la matière, surtout politiquement, mais aussi dans tous les canaux autorisés, nous éloigne des enjeux existentiels. Arrive toujours le moment où il faut tailler son propre chemin dans la forêt des signes, et notamment des mots.

  3. Etage41 dit :

    La civilisation ne se distingue pas aussi facilement de la culture qui lui est propre, elle en est même le ressort, cassé ou transcendant – aussi abstraite soit-elle -, mais je crois deviner l’enjeu de la « médiation » par l’Art que vous sollicitez…

    • Pascal Rousse dit :

      Bienvenue !

      Je vous remercie pour cette objection stimulante. Je ne vais pas y répondre en détail ici, car elle me fait réfléchir et m’inspirera sans doute un prochain billet. J’attire seulement votre attention sur la polarité que je vois entre les deux. Pour moi, cette distinction n’est certes pas facile, mais indispensable, d’autant plus qu’il n’y a pas de frontière donnée entre ces deux pôles. À suivre, donc…

      • Etage41 dit :

        Bonjour et merci pour votre chaleureux « Bienvenue ! ».
        Le paradoxe dans toute cette affaire c’est que l’art peut aussi être un moyen pour l’artiste de retrouver un peu de sauvagerie en lui, de recouvrer une « liberté » ensevelie sous des couches de « bonne conduite culturelle », de bousculer « l’être civilisé » et de faire s’entrechoquer des cultures… Je pense notamment à Antonin Artaud et aux Tarahumaras qui lui inspirèrent son théâtre. Je pense au Jazz et à bien d’autres musiques. A une peinture héritée de celle des Aborigènes d’Australie et sur laquelle Bruce Chatwin a si bien écrit… Cet « entre-choquement » qui nous fait parfois relativiser la notion même de civilisation « fermée », « acquise », qui nous donne au contraire un aperçu de son ouverture, de son évolution « in progress » par le biais de ce croisement des « cultures »; avec néanmoins pour ligne directrice – c’est heureux, quoique très relatif – un apprentissage de la dignité humaine…
        Cordialement.

      • Pascal Rousse dit :

        Oui, ce que j’essaye de penser ici va dans ce sens. C’est pourquoi quand je « situe » l’art entre, il s’agit moins d’une médiation que de l’ouverture d’un écart, une mise en tension, un jeu de déplacements, etc. Donc, oui sans réserves aux références que vous citez. Et vive Robert Musil !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s