Les dérives de l’imaginaire : Fernand Deligny au Palais de Tokyo

Beau texte de présentation d’un homme qui se situe aux antipodes de la furie de normalisation aujourd’hui.

INFERNO

Les Dérives de l’imaginaire / Palais de Tokyo / Fernand Deligny « Carte et ligne d’erre, 1969-1978 » / 28 septembre 2012 – 7 janvier 2013.

Lorsqu’il évoque les enfants avec lesquels il travaille, Fernand Deligny substitue au mot autiste celui de mutiste. D’un côté il y a l’autisme qui désigne une pathologie, et de l’autre il y a le mutisme expression volontaire d’un refus de parole. Ce transfert de vocable en dit long quant à la lutte que Deligny mena contre « l’encastrement » institutionnel et la compassion philanthropique exacerbée par une politique rééducative d’après-guerre.

En 1968, Fernand Deligny accueille en tant qu’éducateur des enfants autistes dans les Cévennes et invente un dispositif de prise en charge à une époque où celle-ci restait encore cantonnée au milieu institutionnel. Pour répondre à l’espace psychiatrique qui éduque ces enfants à mourir, il propose un milieu de vies organisées en aire de séjour dans…

View original post 631 mots de plus

A propos Pascal Rousse

Je suis docteur en philosophie, professeur certifié d'arts plastiques en collège à Paris et chercheur indépendant. Mes recherches en philosophie de l'art portent sur le cinéaste soviétique Serguei M. Eisenstein, le montage et le modernisme.
Cet article, publié dans Art, Culture, Inactualité, Pensée artistique, Philosophie, Poésie, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s