Rendre raison

William Blake, L’Ancien des jours, 1794

L’idéal des Lumières peut se résumer ainsi : rendre raison. Idéal de vérité et de justice, mais aussi machine de guerre contre les religions, à commencer par l’Église romaine.

La conception rationnelle de la philosophie, née en Grèce antique, dont nous avons hérités, doit beaucoup à la lutte des philosophes pour, à la fois, contrer et domestiquer la rhétorique. Celle-ci était en effet l’instrument d’une véritable violence symbolique (selon la puissante expression de Pierre Bourdieu), appelée persuasion, faisant peu de cas de la vérité et de la justice. Aujourd’hui, c’est le jouet des avocats d’affaires.

Mais, l’exigence de raison est devenue elle-même l’instrument d’une violence symbolique. Les ennemis séculaires de la raison ont été depuis longtemps expulsés du domaine du savoir. Or, il faut encore rendre raison, et de tout : ce commandement s’impose à quiconque voudrait affirmer quelque chose. La moindre expérience personnelle, la moindre émotion, le moindre acte ou geste, la moindre tentative de faire œuvre doit rendre raison. On lui fait ainsi rendre gorge, on fait violence à la simplicité. De là le pouvoir de coercition et de contrôle des institutions du savoir et de la culture, attentatoire à l’autonomie, mais si accueillant pour l’imposture.

C’est ainsi que l’idéal de rationalité se corrompt en dogmatisme suprême. L’élitisme, religion nouvelle des maîtres de raisons (non de vérité) ne sait que dessécher à la racine et stériliser tout surgissement de vie, toute création spontanée, tout élan transformateur qui aurait le malheur de passer auprès de sa lampe maudite.

Le mort saisit le vif, dit-on.

Mais l’amour est plus fort que la mort.

A propos Pascal Rousse

Je suis docteur en philosophie, professeur certifié d'arts plastiques en collège à Paris et chercheur indépendant. Mes recherches en philosophie de l'art portent sur le cinéaste soviétique Serguei M. Eisenstein, le montage et le modernisme.
Cet article, publié dans Art, Culture, Inactualité, Pensée artistique, Philosophie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Rendre raison

  1. Catherine dit :

    mais aussi machine de guerre contre les religions, à commencer par l’Église romaine.
    C’était pas dommage, vus les pouvoirs dont elle disposait alors.
    Bonjour. 🙂

    • Pascal Rousse dit :

      Bien sûr ! C’est juste une constatation de ma part. Cela dit, cela explique aussi que le rationalisme dépende d’une certaine adversité et donc d’un certain contexte historique pour exister dans toute sa force, loin de constituer LA vertu universelle de « l’humanité ».

      • sumski bog dit :

        C’est très taoïste, tout ça, félicitations ! 🙂

        « Dès qu’un homme, tenté de réformer
        le monde, s’attelle à la tâche, l’on
        voit bien que celle-ci est sans fin.
        Car les récipients spirituels ne se façonnent point
        ici-bas. Celui qui crée détruit;
        celui qui étreint, perd. »

        « Si le sage est plein de rectitude
        Ce n’est point pour autant qu’il taille
        autrui en pièces… Il est droit et pourtant
        Ne se mêle point de redresser les autres. »

        Livre de la Voie et de la Vertu, Lao-Tseu.

        Des dangers de la raison raisonneuse…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s