Soumission et pouvoir

Leviathan (1)

Ainsi, le pouvoir est soumission et la soumission, pouvoir.

La « dialectique du maître et de l’esclave », selon Hegel, n’est en réalité qu’un cercle vicieux sans issue. Pasolini nous met face à cette évidence dans Salo, ou les 120 jours de Sodome

Ce cercle s’engendre de la « peur abjecte » de vivre, selon la parole fulgurante d’une femme, dans Sauve qui peut, la vie, de Jean-Luc Godard. Cette parole est proférée en voix off par Isabelle Huppert, qui joue le rôle d’une prostituée, témoin d’une scène où un patron, accompagné d’un de ses cadres, se fait faire une fellation sous un bureau par une autre prostituée.

0014eb37_medium

L’horizon de l’émancipation, utopie et révolution, comme le montre Ernst Bloch, doit donc procéder de la dimension transcendante du sujet en devenir.

A propos Pascal Rousse

Je suis docteur en philosophie, professeur certifié d'arts plastiques en collège à Paris et chercheur indépendant. Mes recherches en philosophie de l'art portent sur le cinéaste soviétique Serguei M. Eisenstein, le montage et le modernisme.
Cet article, publié dans Actualités et politique, Cinématographe, Inactualité, Philosophie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s