Nihilisme

William Blake, Nabuchodonosor, 1795

William Blake, Nabuchodonosor, 1795

Un être humain qui ne croit en rien, ni divinité, ni transcendance, ni idéal, ni utopie, n’est rien ; il n’a même pas l’innocence de l’animal. Les nihilistes, les consommateurs et autres pitres savants, n’inspirent au mieux que la pitié.

Personnellement, je ne suis pas de ceux dont on peut dire qu’il « croit encore », comme si je m’agrippais à quelque nostalgie.

Non, je crois tout simplement, car, disait Marcel Duchamp : « vivre c’est croire ».

A propos Pascal Rousse

Je suis docteur en philosophie, professeur certifié d'arts plastiques en collège à Paris et chercheur indépendant. Mes recherches en philosophie de l'art portent sur le cinéaste soviétique Serguei M. Eisenstein, le montage et le modernisme.
Cet article, publié dans Inactualité, Pensée artistique, Philosophie, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Nihilisme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s