Crise mimétique

« Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir »

Jean de la Fontaine, « Les animaux malades de la peste ».

J. J. Grandville, illustration pour Les animaux malades de la peste, de Jean de la Fontaine, (1838-40).

J. J. Grandville, illustration pour « Les animaux malades de la peste », de Jean de la Fontaine, (1838-40).

Ventre affamé n’a point d’oreille, dit-on. Ventre repu, non plus. Surtout lorsque fait rage une crise mimétique de très grande ampleur.

Au milieu du présent délitement social et symbolique, toute position acquise encore stable et assez durable apparaît forcément comme un « privilège », au regard de ce que subissent tous ceux qui en sont déjà exclus, de part le monde. Déjà, toute envie de pouvoir et d’élévation hiérarchique a généralement pour ressort profond une pulsion phobique devant autrui. En faire le modèle d’une « vie réussie » et y soumettre la vie sociale, c’est détruire toute solidarité. Le mérite, si rare aujourd’hui, n’est pas ici en cause. En effet, qui pourrait prétendre en juger dans des sociétés aussi stratifiées et corrompues que les nôtres ?

J. J. Grandville, caricature d'Amédée Girod de l'Ain, député de la restauration, novembre 1831

J. J. Grandville, caricature d’Amédée Girod de l’Ain, député de la restauration, novembre 1831

Dès lors, pour justifier n’importe quelle position établie (fût-ce un emploi stable), les plus faibles et les plus démunis doivent nécessairement être trouvés coupables de leur misère. Quant aux formes de pauvreté choisie, on affecte de les déshonorer. C’est ainsi que l’on voit des statuts sociaux modestes et déjà menacés devenir la cible du ressentiment général. C’est ainsi, également, que l’intolérance la plus brutale se déchaîne ouvertement et que l’on y trouvera toujours des prétextes. La véhémence du propos et la mauvaise foi la plus dévergondée écrasent toute possibilité de discussion. Face au conformisme forcené, et à l’omniprésence des nouveaux sophistes, il ne reste souvent plus que la violence ou le repli.

William James Webb, L'expulsion du bouc émissaire, 1904.

William James Webb, L’expulsion du bouc émissaire, 1904.

Jamais nous n’avons été aussi proches du pire état de crise mimétique, telle que René Girard en a donné le modèle. La régression de la loi à celle du plus fort et à la vengeance, la multiplication des rivalités, des ressentiments et des « boucs émissaires », sont les symptômes d’un désastre inéluctable, qui appelle une ouverture radicale et positive à l’inconnu.

W. Kandinsky, Première aquarelle abstraite, 1910

W. Kandinsky, « Première aquarelle abstraite », 1910

A propos Pascal Rousse

Je suis docteur en philosophie, professeur certifié d'arts plastiques en collège à Paris et chercheur indépendant. Mes recherches en philosophie de l'art portent sur le cinéaste soviétique Serguei M. Eisenstein, le montage et le modernisme.
Cet article, publié dans Actualités et politique, Culture, Philosophie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Crise mimétique

  1. Ping : Un corps social malade | lapartmanquante

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s