Politiques de l’amitié, toujours

baron Antoine Jean Gros (1771-1835), Napoléon Bonaparte au Pont d’Arcole (1796), 1801.

baron Antoine Jean Gros (1771-1835), Napoléon Bonaparte au Pont d’Arcole (1796), 1801.

J’ai toujours eu une aversion instinctive pour Napoléon et tout ce que son personnage entraîne. Le bonapartisme, avec ses avatars, représente un péril mortel pour l’âme française, dans ce qu’elle a de plus original et de meilleur : l’esprit de finesse, le tempérament à la fois chevaleresque et poétique, l’intelligence réfléchie.

J’observe que devenir meneur a toujours un prix : l’incapacité à assumer les exigences radicalement autres de l’amitié et de l’amour. Personnellement, j’ai toujours évité de devenir un meneur, si tant est qu’un tel rôle pût m’échoir. Les relations affectives profondes sont la véritable matrice de l’humanité : elles nous apprennent l’éthique et la liberté réelle. Le reste n’est que bestialité : celle du troupeau, comme celle de la force.

Atelier populaire de l'ex-École des beaux-arts, mai 1968.

Atelier populaire de l’ex-École des beaux-arts, mai 1968.

 

Seule, l’amitié nous permet de nous décentrer effectivement. Il y a là une connexion mystérieuse, mais capitale, avec l’art.

François Jean-Baptiste Topino-Lebrun (1769-1801), Mort de Caius Gracchus, 1792-97

François Jean-Baptiste Topino-Lebrun (1769-1801), Mort de Caius Gracchus, 1792-97

Plus j’ai appris sur Bonaparte et ses suites, plus mon aversion s’en est trouvée confortée. L’essai d’Alain Jouffroy sur le sort fait à Topino-Lebrun par le tyran a achevé de me convaincre. Il est pour moi également très significatif qu’un philosophe aussi digne de ce nom (c’est rarissime) que Jacques Derrida ait écrit sur les politiques de l’amitié

William_Blake, Europe supported by Africa and America, 1796.

William Blake, Europe supported by Africa and America, 1796.

A propos Pascal Rousse

Je suis docteur en philosophie, professeur certifié d'arts plastiques en collège à Paris et chercheur indépendant. Mes recherches en philosophie de l'art portent sur le cinéaste soviétique Serguei M. Eisenstein, le montage et le modernisme.
Cet article, publié dans Actualités et politique, Art, Inactualité, Pensée artistique, Philosophie, Poésie, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s