La richesse en commun

Jérôme Bosch, Le jardin des délices, 1503-04

Jérôme Bosch, Le jardin des délices, 1503-04

La production de la richesse vient de l’activité de l’espèce humaine, organisée en société, et de la nature. Le moindre protoplasme est producteur de richesse, car il interagit avec son environnement. C’est le principe même de la vie.

Mais, lorsque quelques individus s’enrichissent, le langage dit très bien ainsi qu’ils s’approprient, pour eux-mêmes seulement, une part disproportionnée de la richesse commune.

Louis Le Breton, Mammon, 1863, illustration pour le Dictionnaire infernal de Jacques Collin de Plancy

Louis Le Breton, Mammon, 1863, illustration pour le Dictionnaire infernal de Jacques Collin de Plancy

C’est une rupture du principe de réciprocité qui régit le vivant.

L’enrichissement individuel, dû à une combinaison de hasards sans aucune finalité, est une régression à l’unilatéralité des mécanismes géologiques, desquels se forment ce qu’on appelle des dépôts ou des gisements.

Il aura fallu toute la force de la « pensée magique » pour convaincre les humains que le riche est riche parce qu’il serait lui-même à la source de la richesse. Cette erreur s’est bizarrement perpétuée, par une certaine survivance de cette superstition, à travers le monothéisme jusqu’à nos sociétés sécularisées. En effet, pendant que des prêtres étaient trop occupés à briser des statuettes relativement inoffensives et à carboniser de malheureuses femmes appelées « sorcières« , ils négligèrent d’anéantir l’idole des idoles : le pouvoir personnifié de la richesse. Voici l’ultime superstition, dans un monde qui se veut « sans dieu ». Elle est aussi la plus archaïque de toutes. Cela se voit encore aux effets qu’elle suscite.

Nicolas Poussin, L'adoration du Veau d'or, 1633-34

Nicolas Poussin, L’adoration du Veau d’or, 1633-34

L’enjeu de civilisation de l’avenir, c’est moins « la redistribution des richesses » que l’institution d’une culture mondiale dans laquelle la richesse ne sera plus aliénée et demeurera commune.

Henri Rousseau, La charmeuse de serpents, 1907

Henri Rousseau, La charmeuse de serpents, 1907

A propos Pascal Rousse

Je suis docteur en philosophie, professeur certifié d'arts plastiques en collège à Paris et chercheur indépendant. Mes recherches en philosophie de l'art portent sur le cinéaste soviétique Serguei M. Eisenstein, le montage et le modernisme.
Cet article, publié dans Actualités et politique, Culture, Philosophie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La richesse en commun

  1. On naît , on devient, on reste, des  » Pharaons « , qu’importe le milieux , nous tendons vers le  » Pognon  » et de croire que même pour l’ au-delà sans  » Fonds  » ne partons …!!!

    • Pascal Rousse dit :

      Ce n’est pas faux, bien sûr ! Mais je suis convaincu que l’être humain n’est jamais univoque. Il le devient éventuellement en se laissant piéger et enfermer dans une logique, fût-elle irrationnelle. Nous savons bien que tous les enfants sont attirés par ce qui brille et préfèrent aussi la facilité. Mais d’autres puissances, bonnes ou mauvaises, peuvent les conduire ailleurs et autrement, vers l’âge adulte (que certains n’atteindront jamais, comme le disait bien JL Godard). Car, en ce qui me concerne, bien qu’ayant subi l’attrait de ce qui brille dans ma jeunesse, j’ai finalement succombé à d’autres passions, qui m’ont conduites à une forme de pauvreté choisie, assumée et heureuse. Je sais qu’il existe beaucoup de gens comme moi, qui ont résolu de limiter leurs appétits pour mieux poursuivre leurs désirs les plus profonds et les plus proches du meilleur d’aux-même. Personnellement, j’accuse ce monde de rendre très difficile, voire impossible, la pratique de cette antique sagesse, qui faisait juger fous ceux qui se vouaient à la poursuite d’un enrichissement sans bornes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s